Silence…

24/05/2013

Vous l’avez sans doute remarqué, c’est plutôt calme par ici, ça fait longtemps que je n’ai rien écris, plus envie, l’internet me gonfle, le monde actuel m’ennuie, envie de revenir à des choses simples, sans technologie, sans clavier, sans bruit.

Il y a un an je bloguais déjà Moments d’absence. Je n’ai pas beaucoup avancé finalement.

Soupir.

-Clémentine

Simple.

Une petite anecdote sur une situation vue aujourd’hui à mon boulot, et qui va bien avec le livre présenté hier.

Une dame qui se présente au siège social après avoir épuisé toutes les autres moyens de contact.

A l’origine une situation banale, qui a dégénérée et qui l’a quasiment anéantie.

Une mensualité impayée suite à un changement de RIB qui n’a pas été pris en compte. Un échéancier de régularisation créé automatiquement dans la foulée. Elle a réglé la mensualité par chèque dès qu’elle s’est rendue compte que le changement de RIB n’avait pas été effectué. Mais c’était trop tard, l’échéancier était déjà parti.

Elle a téléphoné plusieurs fois. A chaque fois on lui a répondu « oui, je vois bien votre paiement, je m’occupe de bloquer l’échéancier tout de suite ». Cela dure depuis plusieurs mois. Le changement de RIB n’a toujours pas été pris en compte. Elle a envoyé 3 recommandés. Rien. L’échéancier continue, sur un compte qui n’existe pas. Et elle continue de recevoir des relances pour les factures impayées. La banque qui ne possède plus son compte se retourne contre elle. Là non plus les coups de téléphone ne règlent rien face aux courriers automatiques.

Au siège, on ne peut rien faire pour elle, on lui dit d’appeler le service client. Qu’elle a déjà appelé plusieurs fois. Elle s’énerve, un peu, mais fini par craquer, en larmes, devant la jeune standardiste qui ne sait plus quoi faire et le vigile qui attend la goutte d’eau pour la mettre dehors.

Finalement un employé qui peut faire quelque chose passe par là, il prend son numéro de client et son nouveau RIB. Il revient 5 minutes après. Tout est arrangé. La dame lui saute au cou.

On a tous vécu ou entendu parler d’une situation similaire. Un détail. Un truc à la con. Et qui dérape. Des appels surtaxés à des machines qui n’offrent pas le choix que l’on voudrait. Des recommandés envoyés pour prouver qu’on a bien envoyé le recommandé précédent. Deux courriers reçus le même jour qui se contredisent entre eux. Des machines bornées qui tournent en boucle. Des adresses emails qui renvoient des messages d’erreur. Une caisse automatique qui ne reconnait pas un code barre. Des employés qui nous répondent « c’est fait » mais qui au final n’a pas compris la situation.

Il y a tellement de choses qui peuvent nous broyer mentalement et physiquement.

La plupart de ces situations sont créées par nous. Au départ pour nous simplifier la vie ou pour réduire les coûts. Mais elles ne peuvent pas tout prendre en compte. Elles ne peuvent pas sortir du cadre.

J’avoue que je ne sais pas en fait où je voulais en venir avec ce billet, ni comment le conclure, donc… silence et bon week-end à tous.

Bisous.

-Clémentine

imbroglio – n.m. situation confuse – syn. embrouillamini, labyrinthe

Cher François

07/05/2012

Tout d’abord : félicitations.

Nous sommes un peu plus de 18 000 000 à t’avoir choisi pour remplacer le président sortant. Certains d’entre nous par conviction, d’autres parce qu’ils voulaient à tout prix voir l’ancien président partir, d’autres enfin pour un mélange des deux.

Il va maintenant falloir agir, sans défaillir. Ne pas oublier que dans l’autre camp ils sont à peine moins nombreux, et prêts à te tomber dessus à la moindre erreur. Ne pas oublier non plus les plus de 11 000 000 de personnes qui ne sont pas déplacés ou qui n’ont pas voulu ou pu choisir.

Bref. Aux belles paroles, il te faut maintenant joindre les actes. Je compte sur toi. On compte sur toi. On espère pouvoir te redire félicitations dans 5 ans, quand on regardera ton bilan.

Bisous.

-Clémentine

La vie en Rose

Ressourcement

06/04/2012

J’ai un trou là tout de suite maintenant sur le mot ressourcement. Je sais que ce n’est pas le bon, ni non plus ressourcage, mais le vrai mot m’échappe et j’ai la flemme d’aller demander à DuckDuckGo.

C’était donc juste pour vous dire que ce week-end j’allais me ressourcer ici (Domaine de Montizeau, chambre d’hôte qui semble charmante près des châteaux de la Loire). Et que cet été à priori j’irai me ressourcer (Les Gorges de Chambon, camping écolo et intimiste en Charente). Et ça va être bien.

Et pour vous dire aussi que j’avais fini L’aiguille creuse (wikipedia) de Maurice Leblanc, avec dans les rôles principaux Arsène Lupin et Isidore Beautrelet, et bah c’est vachement bien, je le conseille à tous ceux qui comme moi ne l’avaient jamais lu. Beaucoup de références, réelles ou fictives, à la Normandie. « J’aime » comme on dit.

Bon week-end de Pâques à tous. Ne mangez pas trop de chocolats.

Bisous.

-Clémentine

Week-end. Repos. Dodo.

Moments d’absence

31/03/2012

Juste un petit billet pour vous dire que oui, je suis un peu absente de ce blog en ce moment, mais que je reviendrai prochainement.

Un peu prise par d’autres projets, par d’autres lectures.

Je redécouvre en ce moment des grands classiques : Agatha Christie, Charles Dickens, Maurice Leblanc, plein d’auteurs que j’avais déjà lus et oubliés trop vite.

Je fais aussi du ménage dans ma vie, moins de choses, moins de préoccupations, retour à l’essentiel, au simple. Je reviendrai vous en parler, promis.

En attendant, bon week-end à tous.

Bisous.

-Clémentine

Back to basics

Je dois vous avouer que j’ai un peu hésité avant d’écrire ce billet, je me demande si c’est bien légal, si ça ne tombe pas dans l’incitation ou je ne sais pas quoi.

Alors disons le tout de suite : je n’encourage rien, au contraire. Disons que ce billet est un conseil d’amie. Le meilleur conseil que je puisse donner d’ailleurs est celui d’arrêter où de ne pas commencer. Mais si vous n’avez pas encore envie d’arrêter, autant fumer un peu plus sainement (j’ai bien conscience de l’hypocrisie de la formulation).

Si vous fumez des cigarettes, une marque américaine vient de sortir une version « paquets noirs » de ces cigarettes. Avantage : elles sont 100% tabac. Aucun « agent de texture et de saveurs ». Ça n’empêche pas la nicotine, le goudron, tout ça. Mais au moins c’est plus propre. Et ça se sent.

Et si vous roulez vos cigarettes, une marque française de papier à rouler vient de sortir des feuilles à rouler bio, avec du chanvre bio et de la gomme arabique naturelle. Et il y a une marque de tabac à rouler (là aussi 100% tabac) qui fabrique ses paquets de tabac en France, dans une usine alimentée en électricité par des panneaux solaires. Là encore ça ne change pas grand chose au final, mais c’est plus propre.

Voilà, c’est dit. En espérant n’avoir choquée personne.

Et encore une fois, le mieux c’est d’arrêter complètement ou de ne pas commencer.

Bisous.

-Clémentine

La meilleure solution, évidemment

Changement de plan

23/02/2012

J’ai pour habitude de ne jamais changer de plan en cours de route, cela fait toujours tout capoter. Une fois que l’on s’est fixé quelque chose, on ne revient pas en arrière, on ne change pas au dernier moment, car c’est le meilleur moyen d’oublier quelque chose et/ou que rien ne se passe comme prévu.

Heureusement, la SNCF n’est pas comme moi.

Contrairement à ce que j’avais annoncé et contrairement à toutes les affiches et fiches horaires qui ont été publiées, ils se sont rendus compte que la suppression d’un dernier train du soir engendre beaucoup de conséquences pour de nombreuses personnes.

Du coup, les trains de juste avant minuit entre Paris et Rouen vont finalement rouler toute l’année, au moins jusqu’en Juillet. C’est en tout cas ce qu’ils ont annoncé hier soir à la gare Saint Lazare. A vérifier au fil des jours, mais en tout cas ça ne peut pas être pire que ce qui est indiqué sur la fiche horaire où ils n’étaient annoncés comme circulant que quelques jours dans l’année.

Merci donc, Mme SNCF.

Bisous.

-Clémentine

Merci