Perdre de l’argent avec Priceminister

13/03/2012

Le but principal de Priceminister, en tant que vendeur, c’est de gagner de l’argent. Mais il est tout à fait possible aussi d’en perdre.

Hein ? Quoi quoi ? Mais qu’est ce qu’elle raconte ?

Je m’explique.

La plupart des livres de poche sont vendus à 90 centimes, correspondant au prix minimum imposé par Priceminister. Pas tous, certes, mais une bonne majorité, la faute aux prix tirés par le bas pour pouvoir espérer vendre, parce que personne n’achèterai un livre de poche d’occasion à plus de 3 euros. Il suffit donc qu’il y ait une petite dizaine de vendeurs d’un même bouquin pour que le prix, petit à petit, se fixe sur ces 90 centimes.

L’acheteur paiera 3,80 euros car il faut y ajouter 2,90 euros de frais de port.

Le vendeur, après la commission de Priceminister, récupérera 0,36 euros sur le prix du bouquin. Et un forfait de 2,20 euros pour les frais de port. Priceminister se sucre donc 2 fois au passage : sur le bouquin et sur les frais de port.

Le truc c’est qu’il est impossible d’envoyer un livre par La Poste pour 2,20 euros. Pour un livre de poche classique (petit), il vous en coûtera 2,40 euros au tarif lettre ou 2,50 euros en tarif mini-max. Le gain net de la vente sera donc de 0,36 + 2,20 – 2,40. Soit 16 centimes. Déduisez le prix de l’enveloppe, le prix de la feuille et de l’encre pour imprimer le papier à joindre au bouquin et le temps passé pour aller à La Poste. Vous perdez de l’argent.

Si le livre de poche est un poil plus gros (300 pages par exemple, ce qui n’est pas si énorme), vous perdrez même encore plus car La Poste vous réclamera plus de 3 euros de frais de port.

Oui mais si l’acheteur me prend 7 livres d’un coup ?

Effectivement, on pourrait croire qu’avec un panier multiple on gagne un peu plus. En fait c’est l’inverse car les frais de port sont dégressifs tandis que les tarifs de La Poste explosent.

Pour chaque livre supplémentaire, Priceminister réclame 1 euro de frais de port en plus à l’acheteur. Et ils vous reverseront 0,65 euros. Là encore, sucrage au passage.

Pour 7 livres, le calcul du gain net est donc le suivant :

(0,36 * 7) + 2,20 + (0,65 * 7) = 9,27 euros

L’acheteur aura payé :

(0,9 * 7) + 2,90 + (1 * 6) = 15,20 euros

Le problème est que ces 9,27 euros inclus la participation aux frais de port de Priceminister. Et vous ne pourrez pas envoyer les 7 livres au tarif lettre. Et un Colissimo coûte au minimum 7 euros… Ajoutez le prix du carton, le temps passé à protéger les livres (parce que vous voulez quand même que l’acheteur vous mette une bonne note) et le temps pour aller à La Poste. Il ne vous reste plus grand chose.

Alors ? On fait quoi ?

Et bien on râle.

Mais vous ne pouvez pas râler contre les acheteurs, ils n’y sont pour rien, ils ont payé le prix « fort » et n’en ont que faire de vos reversements.

Et vous ne pouvez pas râler non plus contre Priceminister car ils s’en fichent. Ils ne répercutent pas les augmentations de La Poste, ils prennent leurs commissions sur les deux tableaux et ne vous répondront même pas si vous leur dite qu’un livre de poche de 500 pages c’est pas comme un livre de 200 pages.

Plusieurs solutions donc :

– Augmenter les prix et refuser de rentrer dans le jeu du plus petit prix. Sur certains livres où il y a déjà 500 annonces à 90 centimes, vous ne vendrez jamais, mais sur certains, avec une annonce un peu plus sexy, une garantie d’envoi en 24h et une bonne note des acheteurs, vous arriverez à vendre votre bouquin à 1,50 euros, voire plus. Ce qui donne quand même une petite marge.

– Passer des annonces ailleurs, sur le bon coin, amazon market place, etc. Ou alors donner simplement vos livres à une bibliothèque ou une association, quitte à perdre de l’argent autant que ce soit pour la bonne cause et pas seulement pour enrichir les caisses de Priceminister et de La Poste. Autres solutions : les laisser dans un train, un café, en bas de l’immeuble…

– Proposer l’envoi en relais colis. CpourToi, l’offre pour les particuliers de MondialRelay, est moins chère que La Poste (avec le code promo « CPOURTOI » vous aurez même 5% de remise). Ce n’est pas proposé par Priceminister mais vous pouvez toujours contacter l’acheteur pour lui proposer. En jouant sur le côté « plus sécurisé, plus rapide et plus pratique que La Poste », ils accepteront de bon coeur et ils vous remercieront même de l’avoir proposé sans se douter que vous ne l’avez fait que pour gagner 2 ou 3 euros de plus. Ainsi tout le monde aura eu l’impression de faire une bonne affaire.

– Devenir acheteur. Pour 15 euros vous pourrez acheter 7 livres de poche et imaginer la tête du vendeur qui se dit dans un premier temps « whaou, une commande de 7 articles » puis dans un deuxième temps quand il voit le reversement « oh putain, je me suis fait avoir ». Vous verrez, c’est plutôt jouissif.

Notez cependant que Priceminister n’est pour rien dans toute cette histoire, les conditions de vente et les frais de remboursement sont clairement établis et présentés dès le début et lors des mises en vente. Il appartient donc, comme je le disais plus haut, aux vendeurs d’arrêter de fixer des prix absurdes à la baisse et de calculer pour chaque livre le prix idéal pour gagner un peu d’argent, frais de port compris.

Bisous.

-Clémentine

Lire pas cher sur Priceminister

Publicités

One Response to “Perdre de l’argent avec Priceminister”


  1. […] Argh ! toujours d’actualite et encore plus vrai avec les tarifs 2013 #laposte #priceminister tapagenocturne.wordpress.com/2012/03/13/per… […]


A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s