Quitter Google (acte 7 : chrome)

24/02/2012

Pour ceux qui n’auraient pas lu mes billets précédents, rapide résumé de ma démarche : ne plus utiliser les services fourni par Google. Pour les détails, voir l’acte 1 : quitter google search, l’acte 2 : quitter gmail, l’acte 3 : quitter google reader et l’acte 4 : quitter blogger, l’acte 5 : quitter analytics et l’acte 6 : quitter Google Docs.

Tordons le cou aujourd’hui à Chrome, le navigateur de Google.

Si on fait un rapide (donc forcément imprécis) résumé de l’histoire des navigateurs internet, on arrive plus ou moins à :

Netscape, écrasé par Internet Explorer, écrasé par Firefox, écrasé par Chrome.

C’est un peu plus compliqué que cela, mais vous avez les grandes lignes. Netscape était vieillissant, Microsoft a imposé IE puis a arrêté de s’en occuper, Firefox est venu prendre la place laissée libre et puis Google est arrivé avec ses gros sabots.

Et il prend beaucoup de part de marché.

C’est une bonne chose, Chrome est un bon navigateur, basé sur WebKit comme Safari et d’autres et il pousse au développement du web.

Mais c’est Google. Et personnellement je n’ai jamais accrochée. Un peu comme la barre d’outils Google que l’on voyait dans les années 2000. Joli tracker pour vous suivre partout. Je ne pense pas que Chrome soit un vrai mouchard, mais dans l’idée, savoir que toute ma navigation peut être tracée et analysée par Google me dérange encore plus que de savoir que 80% des sites utilisent Analytics.

Mais si vous avez succombé à Chrome, par quoi le remplacer ?

IE n’est plus une option, en tout cas pour les geeks. C’est trop tard, même si les versions 9 et suivantes promettent de revenir à un niveau correct.

Firefox, c’est ce que j’utilisais encore jusqu’à il y a quelques mois, mais il se fait lourd, les extensions prennent de la mémoire et je n’ai pas vu de réelles avancées ces dernières années.

Safari, c’est une bombe sous Mac mais sur Windows c’est comme iTunes : une plaie qui bouffe toute la mémoire au bout de 3 minutes d’utilisation.

Il n’en reste plus qu’un.

Un petit navigateur qui est là depuis des années, qui ne fait pas trop parler de lui mais qui pourtant vivote tranquillement dans son coin avec des mises à jour régulières.

Je parle bien sûr d’Opera. Le navigateur venu du froid.

Et bien je l’ai adopté. Sur mon PC et sur mon Mac. Sur mon Mac j’ai même mis Opera Next, la dernière bêta plus ou moins stable. Et ça tourne bien.

C’est un très bon compromis parmi tous les navigateurs. Rapide. Personnalisable. Pas besoin de le bourrer d’extensions (les développeurs apprécieront le débugger Dragonfly inclus en natif). Et il a pas mal de fonctionnalités qu’au final j’utilise. Les « notes » par exemple, pour garder des petits bouts de texte sous le coude. La synchronisation des favoris entre plusieurs ordinateurs. La possibilité d’éditer le code source en direct pour tester des trucs. Il y a aussi des widgets (mais je n’ai pas tenté, de peur que ça finisse par le pourrir comme les extensions Firefox) et la possibilité de configurer un client Mail (intégré comme dans feu la suite Netscape) et un lecteur de flux RSS.

Enfin, il est disponible sur toutes les plateformes, Windows, Mac, Linux mais aussi Mobile.

Comme le dit ingnu, « Il en résulte que parmi les 2.5% d’utilisateurs d’Opera, il y a moi. Et un nombre incalculable de GROS geeks ». Je m’ajoute donc à la liste, en précisant que même les non geeks pourraient être séduits.

Testez le, ça ne coute rien, et vous finirez peut être par l’utiliser au quotidien.

A suivre dans l’acte 8 : Alternatives à Google Maps, Google News, Google Translate.

Bisous.

-Clémentine

Le web, sur un petit air d'Opera

Publicités

2 Responses to “Quitter Google (acte 7 : chrome)”

  1. Jimmy Rudolf Says:

    Bonjour Clémentine, et merci pour ton lien.

    Le truc pervers avec Internet, c’est que quand on est pas connu, que personne ne nous link, on se sent seul, on croit que ce qu’on dit on est les seuls à le penser. Et puis de temps en temps, d’autres bloggeurs comme toi font un lien vers ingnu. Et là je me rends compte que finalement, je ne suis pas seul à penser ce que je pense, et rien que pour ça, je VOUS remercie (toi et tous ceux qui me lisent et les bloggeurs qui me linkent).

    Merci !

  2. Clémentine Says:

    Hé, hé :)

    Je suis un peu pareille, pas sûre d’être lue, mais ce n’est pas bien grave. Comme je l’explique dans mon billet sur Analytics, ce n’est pas très important pour moi de savoir si j’ai 10000 lecteurs ou juste 1, j’écris pour écrire, pas pour satisfaire tout le monde.

    Ce serait encore plus pervers de savoir que je suis beaucoup lue, je chercherais à essayer de contenter tout le monde, je me sentirais un peu moins libre, peur de déraper, et de perdre du monde en route, tout ça.

    Mais oui, ça fait toujours plaisir un petit lien. Et ça fait toujours plaisir de lire des blogs qui portent plus ou moins le même message, plus ou moins en même temps.


A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s