Quitter Google (acte 1 : search)

30/12/2011

Si vous avez lu l’à propos de ce blog (si vous ne l’avez pas encore lu, foncez y, parce que j’ai quand même passé trois bonnes minutes à le taper pour vous, merci) vous savez déjà que je suis plus ou moins antisociale et que j’ai une tendance à l’anonymat.

Cette tendance « cachée et heureuse » c’est plutôt récent, jusqu’à maintenant je ne me cachais pas trop, j’avais mon email sur gmail, un blog blogger, une page facebook même si je m’en servais peu, et je tchattais sur MSN.

J’ai arrêté tout ça petit à petit, désinstallé MSN et supprimé mon compte Facebook.

Et quand Google à sorti ses boutons +1 partout, je me suis dit qu’il était temps de les quitter eux aussi. Mais quitter Google, ce n’est pas très facile tellement ses nombreux services se sont implantés dans notre vie quotidienne. La recherche bien sûr, mais aussi les emails, les flus RSS, les itinéraires, on fait pratiquement tout avec Google. Même Tata Simone a son gmail (sur les conseils de sa charmante nièce) et utilise Google search en page de démarrage. Parfois même elle utilise Chrome.

On est tous comme ça.

Ou pas. Car je suis très fière de vous l’annoncer : cela fait un mois que je n’utilise (presque) plus les services de Google. J’ai changé d’email, j’ai switché sur bingmaps, je bloggue sur wordpress et j’ai trouvé un autre lecteur de flux.

Et j’ai trouvé d’autres moteurs de recherche.

C’est ce dont je voulais parler dans cet acte 1.

La première raison, c’est que je ne supporte pas le rechargement en temps de réel de la page de recherche. Il y a eu de nombreux débats là dessus quand ils ont sorti ça, mais moi je ne m’en remets toujours pas. Quand je cherche, je sais ce que je veux chercher, pas besoin de prédiction ni de rafraichissement de la page avant que j’ai fini de taper. Ça fait plein de requêtes et ça bousille complètement le « précédent » / « suivant » de mon navigateur.

La seconde raison, c’est que les résultats sont de plus en plus personnalisés et que d’un PC à un autre, même sans être connecté à son compte Google, on peut avoir des résultats différents. C’est bien, ça nous correspond. Mais c’est mal, parce que ça nous enferme dans notre bulle.

Et la dernière raison, sans doute la principale, c’est que tout est historisé, tracké, analysé et archivé par Google. Même si l’on a rien à se reprocher, c’est quand même flippant. Alors hop, bye bye Google, je m’en vais.

Oui mais… où ?

Bing et Yahoo ne sont plus crédibles depuis longtemps. Altavista est mort et enterré. Il parait que Baidu est bien, mais à moins de parler chinois ce n’est pas une alternative.

Et puis je suis tombée sur DuckDuckGo. Un petit canard plein de ressources, qui promet de ne pas nous tracker et de ne pas nous enfermer.  C’est en https et personnalisable à souhait. Les résultats sont fournis par d’autres moteurs et par leur propre crawler, ils ne sont pas toujours très complets mais dans la plupart des cas ils répondent à la recherche. Et c’est bien là tout ce qu’on demande à un moteur de recherche.

Et il y a les !bang. Ce sont des raccourcis, pour faire directement des recherche sur d’autres sites et vous y emmener directement. « !w clémentine » vous emmènera directement sur la page wikipedia. « !a clémentine » vous emmènera directement sur amazon. Et plein d’autres, à découvrir ici : !bang.

Bon, j’avoue, j’ai encore besoin de google pour la recherche d’images (il y a même un !bang pour ça : « !i clémentine ») mais cela fait un mois que j’utilise DuckDuckGo quotidiennement et il y a très peu de cas où j’ai eu besoin d’aller voir ailleurs. Pour des recherches quotidiennes, normales, classiques, ça marche. Et c’est bien.

Vous pouvez l’ajouter à vos moteurs de recherche de votre navigateur, vous pouvez personnaliser (un peu) l’interface et la langue et d’autres bidouilles, bref, vous pouvez adopter un canard et en être fier.

Et puis il suffit aussi d’avoir le réflexe d’aller directement là où on pense trouver des résultats. Directement sur allociné pour avoir des infos sur un film, directement sur amazon pour avoir le résumé d’un livre, directement sur commentcamarche pour avoir une solution à sa panne d’ordinateur, etc. Google n’est qu’un intermédiaire pour ces sites là, on les retrouve tout le temps dans les résultats et finalement on y revient souvent, alors pourquoi ne pas y aller directement ?

Avec un peu d’habitude, on y arrive très bien. Et placer, lors du diner de la Saint Sylvestre, que vous avez quitté Google en 2011, je suis sûre que cela fera son petit effet.

A suivre dans l’acte 2 : comment quitter gmail.

Bisous.

-Clémentine

DuckDuckGo

Publicités

2 Responses to “Quitter Google (acte 1 : search)”

  1. Adéline Says:

    Et en plus, le logo est bien plus mignon que celui de google! Merci, j’adhère!
    (Par contre, c’est vrai ça, c’est super dur de quitter gmail :-( en plus ya choupinette la mandarine sur Gtalk hihi)

  2. Clémentine Says:

    C’est vrai que pour gmail il faut une bonne dose de volonté.

    On peut cependant, comme je l’explique dans l’autre billet, conserver gmail temporairement, avec un répondeur automatique. Au final on fini par l’oublier complètement et ne plus l’utiliser du tout, même si le compte n’est pas totalement supprimé. Cela permet de conserver les services annexes que l’on utilise comme gtalk et les autres.

    Pour ma part, je n’utilise plus aucun service de Google, à part maps de temps en temps quand Bing Maps me sort des résultats incohérents. Je suis donc presque prête à supprimer totalement mon compte Google.


A vous la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s